Opérations de grue dans 8 conditions météorologiques extrêmes : conseils et astuces de sécurité

Conseils et astuces de sécurité pour utiliser une grue dans 8 conditions météorologiques extrêmes

Les grues sont souvent confrontées à tous types d'intempéries pendant leurs opérations, et cet article a été compilé pour vous fournir les bases de l'utilisation d'une grue dans des conditions météorologiques difficiles.

Qu'il s'agisse d'une chaleur torride ou d'un froid extrême, ou même de braver des orages et des vents violents. Cet article vous fournira des conseils d'experts sur l'utilisation sécuritaire d'une grue dans toutes les conditions météorologiques, y compris des conseils importants et des astuces utiles que vous devriez connaître.

1. Opérations de grue la nuit

Grues dans le port la nuit

L'utilisation de grues pendant la nuit est souvent rendue nécessaire par des contraintes de temps, ce qui oblige les travailleurs à planifier des quarts de travail nocturnes. Cependant, cette pratique comporte un ensemble de risques et de défis qui nécessitent une sensibilisation accrue et des mesures de précaution.

L’un des défis majeurs rencontrés lors des opérations nocturnes des grues est la visibilité limitée. L'absence de lumière naturelle augmente le risque d'accidents, car les opérateurs ont du mal à discerner clairement leur environnement. De plus, les conditions nocturnes peuvent entraîner de la fatigue et une diminution de la concentration des opérateurs, ce qui altère leur capacité à réagir rapidement aux urgences et peut conduire à des erreurs et des accidents.

En plus d'une visibilité limitée, un mauvais éclairage empêche également d'évaluer en temps opportun les conditions du site, notamment la planéité du sol et le positionnement des obstacles et des câbles environnants. Une communication efficace devient un défi dans l’obscurité, ce qui rend difficile la transmission claire des instructions ; les signaux manuels et autres signaux sont souvent masqués, ce qui ajoute à la complexité de la situation.

Conseils et remarques pour le travail de nuit

Malgré ces défis, les opérations de nuit offrent des avantages distincts, tels qu'un trafic routier réduit, une activité de personnel minimale et un transport rapide des marchandises. De plus, ils minimisent les perturbations des autres activités en cours. Pour garantir des opérations de grue de nuit sûres et efficaces, le respect des directives suivantes est crucial :

Premièrement, un éclairage adéquat est primordial. Un éclairage adéquat de la grue et de ses environs est essentiel. Ceci peut être réalisé en installant des tours d'éclairage temporaires, en installant des projecteurs sur les flèches et en utilisant un équipement de vision nocturne pour améliorer la visibilité de l'opérateur.

Deuxièmement, une formation spécialisée adaptée aux opérations de nuit est essentielle pour les grutiers. Une telle formation doit respecter les réglementations établies par des organisations comme l'OSHA pour garantir que les opérateurs disposent des compétences et des connaissances nécessaires pour relever les défis nocturnes.

Le bien-être des salariés ne doit pas être négligé. L'organisation d'équipes de nuit et de pauses appropriées avant de commencer les opérations de nuit garantit que tout le personnel, y compris les opérateurs, est alerte et capable de prendre des décisions judicieuses pendant son quart de travail.

Il est essentiel d’établir des canaux de communication clairs. L'incorporation d'uniformes à haute visibilité et l'utilisation des communications radio peuvent garantir une interaction sans obstruction dans l'obscurité, facilitant ainsi une communication et une coordination efficaces entre les membres de l'équipe (signaux, observateurs ou équipes au sol).

Enfin, une inspection et un entretien réguliers des grues sont impératifs. Une panne soudaine d’une machine pendant un fonctionnement nocturne peut être catastrophique, et croyez-moi, vous ne voudriez jamais vous retrouver dans cette situation.

2. Utiliser une grue par temps pluvieux

Opération de grue par temps de pluie

Chaque grue ne peut éviter de travailler sous la pluie, mais il existe certains risques et défis dont vous devez être conscient.

Premièrement, les jours de pluie réduisent considérablement la visibilité extérieure. De fortes pluies peuvent obstruer la vision d'un opérateur, rendant difficile la visibilité autour de lui depuis la cabine.

De plus, la pluie peut affecter la stabilité des grues, en particulier celles mobiles, et rendre difficiles les manœuvres précises.

L’eau de pluie augmente également la probabilité de pannes électriques et de temps d’arrêt, posant ainsi des dangers importants tant pour les opérateurs que pour les équipements.

Conseils et notes pour les jours de pluie

Tenez-vous au courant des prévisions météorologiques et soyez prêt à prendre des précautions ou à arrêter les opérations de la grue si de fortes pluies ou des tempêtes sont attendues.

Lorsque vous utilisez une grue sous la pluie, essayez de la déplacer sous un endroit abrité. Pour les grues fixes/stationnaires, il est conseillé de déployer des revêtements temporaires par-dessus.

Assurez-vous que les essuie-glaces de la cabine sont installés à l'avance pour éliminer les gouttelettes d'eau des vitres. S’ils ne sont pas équipés, les opérateurs peuvent utiliser un chiffon ou une éponge pour éliminer manuellement les gouttelettes d’eau lorsque cela est sécuritaire.

Utilisez des boîtiers de commande électriques de haute qualité (classe IP56 et supérieure) pour protéger les composants électriques, minimisant ainsi le risque de panne due au contact avec l'eau.

Fournir une formation complète aux opérateurs, leur permettant de manipuler les grues avec compétence dans des conditions pluvieuses et humides et de réagir rapidement en cas d'accident ou de panne d'équipement.

Pour la plupart des grues, le revêtement protecteur doit être conforme aux ISO 12944, avec une épaisseur de 120 à 300 μm. Et appliquez des matériaux antidérapants sur les échelles et les passerelles pour empêcher les conducteurs de glisser par temps humide.

De plus, établissez un système de drainage pour éviter l’accumulation d’eau et la corrosion de la grue et de ses composants. Cela prolonge non seulement la durée de vie de la grue, mais atténue également le risque de choc électrique.

Enfin, après avoir utilisé la grue les jours de pluie, effectuez une inspection approfondie pour vous assurer qu'elle est complètement sèche et identifiez et résolvez rapidement les problèmes potentiels.

3. Temps brumeux

Grues de construction dans le brouillard

L'utilisation de grues les jours de brouillard n'est pas recommandée ; la meilleure solution est d’attendre que le brouillard se dissipe.

En raison de la faible visibilité et de la vision obstruée associées au brouillard, il devient presque impossible d'évaluer avec précision les environs, la position de la flèche et l'emplacement du crochet, ce qui rend les opérations de grue dans de telles circonstances sujettes aux accidents.

Si vous devez utiliser une grue par temps brumeux, effectuez une évaluation approfondie des conditions météorologiques et de la visibilité directe pour vous assurer que tout est sous contrôle. Maintenez la grue à une distance de sécurité adéquate et réduisez les vitesses de levage et de rotation.

De plus, pensez à équiper votre grue d’un système anti-collision avancé. Ce système se connecte sans fil à plusieurs grues, leur permettant de collaborer pour éviter les collisions. Il peut également détecter les obstacles à proximité et arrêter automatiquement les opérations en temps opportun.

4. Utilisation d'une grue dans des conditions venteuses

Opérations d’installation de grues dans des parcs éoliens

Alors que la pluie et la foudre présentent des défis pour les grutiers, le vent s’impose comme l’une des conditions météorologiques les plus impactantes auxquelles une grue puisse être confrontée.

Il ne fait aucun doute que le vent constitue un danger important pour le fonctionnement des grues en provoquant le balancement des charges et en compromettant la stabilité de la grue. Des vents plus forts peuvent entraîner le décrochage et la chute des objets soulevés, affectant à la fois la stabilité de la grue elle-même et la faisant osciller.

Ainsi, lorsque le vent atteint une vitesse jugée dangereuse pour l'exploitation, le grutier doit immédiatement arrêter la grue et évacuer le personnel à proximité.

Vitesse du vent sûre pour le fonctionnement de la grue

Les grues peuvent être utilisées à certaines vitesses de vent, mais il n'existe pas de chiffre spécifique définissant universellement une vitesse de vent sûre pour le fonctionnement des grues.

La vitesse du vent sécuritaire pour diverses opérations de grue varie et dépend de plusieurs facteurs, notamment le type de grue, sa configuration, sa stabilité, le poids de la cargaison, la direction du vent et les circonstances opérationnelles spécifiques.

Sur terre, les grues sont généralement conçues pour fonctionner en toute sécurité dans des vitesses de vent allant de 20 à 30 miles par heure (32 à 48 kilomètres par heure).

En mer (au large), les grues marines peuvent gérer des vitesses de vent plus élevées (environ 13 à 18 nœuds), les fabricants fixant des limites de vitesse de vent de sécurité spécifiques étiquetées par Sea State et l'échelle de vent de Beaufort.

En conclusion, le manuel du fabricant de la grue précise la vitesse maximale du vent à laquelle la grue doit être mise hors service. L'intégration d'un anémomètre (capteur de vent) dans votre grue vous permet de mesurer la vitesse du vent avec précision et de respecter strictement les directives recommandées.

5. Orages et éclairs

La foudre frappe des grues de chantier

L'utilisation d'une grue pendant des orages et des éclairs peut augmenter considérablement les risques et les complexités impliqués.

Il est largement reconnu que les structures métalliques de grande hauteur, notamment les grues et leurs flèches surélevées, sont sensibles à la foudre, ce qui pose une situation extrêmement dangereuse pour les grutiers.

Pour atténuer ce risque, il est essentiel de prendre les précautions nécessaires, comme l'installation de paratonnerres et de parafoudres pour les grues positionnées à des hauteurs importantes.

En ligne avec la Politique de l'OSHA relative à la foudre des grues, si des orages et des éclairs sont annoncés, il convient de reporter les opérations de levage.

En particulier dans les opérations de levage en mer, la surveillance des conditions météorologiques changeantes est cruciale. Des sources fiables telles que les agences météorologiques nationales, les services météorologiques maritimes spécialisés et la Société météorologique et océanographique peuvent fournir des mises à jour en temps opportun sur les conditions météorologiques.

Lors des opérations de levage en cours, dès le premier coup de tonnerre, il est impératif de suspendre toutes les activités. La foudre est probablement imminente.

Abaissez et rétractez doucement le bras de la grue, mettez tous les systèmes de grue hors tension et éloignez-vous de la grue et du crochet pour plus de sécurité.

De plus, il est crucial de ne pas reprendre les opérations de levage immédiatement après un orage, car les orages entraînent souvent des vents violents et de fortes pluies.

Après avoir confirmé l'amélioration des conditions météorologiques et vérifié que la grue n'a subi aucun dommage, tel que des problèmes de système électrique ou de câble métallique, vous pouvez reprendre le travail en toute sécurité.

6. Temps froid et neige

Grue de chargement chargeant du charbon un jour de neige

Dans les climats plus froids ou en hiver, les grues peuvent être considérablement affectées par les basses températures, affectant particulièrement les structures en acier, les gréements, les treuils, les moteurs et les dispositifs hydrauliques. Les chutes de neige abondantes peuvent également compromettre la vision des opérateurs.

Un froid extrême peut potentiellement diminuer la résistance à la traction structurelle de la grue, introduisant ainsi des dangers cachés. Lorsque la température est trop basse, l'huile hydraulique s'épaissit, entraînant une réduction du débit et une éventuelle défaillance du système. système hydraulique de la grue.

Il est essentiel de s’assurer que le fabricant de la grue a effectué des tests rigoureux de résistance aux intempéries sur l’équipement avant qu’il ne quitte l’usine.

Précautions:

Retirez la neige et la glace de la machine avant de la démarrer. Il n'est pas recommandé de faire fonctionner la grue à pleine charge lorsque la température descend en dessous de 0°C ; au lieu de cela, réduisez la charge de 20 à 40 % par rapport à d'habitude pour garantir une sécurité optimale pendant le fonctionnement.

Choisissez des matériaux présentant une forte ténacité à la traction et une résistance aux basses températures pour la grue, tels que l'acier faiblement allié à haute résistance et l'acier galvanisé.

Appliquez des revêtements galvanisés et époxy pour une protection ultime des composants en acier contre l'impact des températures plus basses.

Si le budget le permet, envisagez les grues certifiées RS (Russe Maritime Register of Shipping) et DNV (Det Norske Veritas). Ces certifications spécifient les exigences de résistance aux basses températures pour chaque composant de la grue, garantissant ainsi un fonctionnement même à des températures aussi basses que moins 40 degrés Celsius.

Enfin, quelles que soient les conditions de travail extrêmement froides ou chaudes, équipez la cabine de la grue de mécanismes de climatisation et de désembuage. Offrir un environnement de travail confortable au conducteur est tout aussi important, n'est-ce pas ?

7. Conditions chaudes et sèches

Grues sur chenilles en activité dans le désert

En lisant ceci, on pourrait supposer que les journées d’été ensoleillées offrent toujours des conditions de travail idéales, mais la réalité est tout le contraire. Les conditions chaudes et sèches posent également des problèmes pour les opérations de levage.

Des températures élevées peuvent entraîner la dégradation et l’endommagement de divers composants de la grue. Les joints peuvent être endommagés, les faisceaux de câbles et les composants électriques peuvent se dégrader, les pièces en plastique peuvent se fissurer et la peinture et les revêtements peuvent se décoller, se fissurer ou se décolorer.

De plus, les températures élevées présentent des défis pour les grutiers. Les conducteurs peuvent souffrir de coups de chaleur, d'étourdissements et de déshydratation, tandis que la lumière intense du soleil devient gênante pour le personnel au sol.

L'air sec aggrave la situation, entraînant une augmentation de la poussière. Les marchandises soulevées et abaissées peuvent soulever une quantité importante de poussière, s'infiltrer à l'intérieur de la grue et accumuler de la saleté.

Pour atténuer ces problèmes, il est crucial d'effectuer une vérification approfondie de la grue avant chaque utilisation, en évitant un démarrage immédiat. Inspectez le système hydraulique et les joints, faites l'appoint de liquide de refroidissement du moteur et utilisez de l'huile hydraulique résistante à la chaleur pour éviter l'usure causée par un débit lent.

Équipez le système hydraulique d'un refroidisseur d'air et, si possible, activez au préalable le climatiseur de la cabine.

Après utilisation, évitez de laisser la grue exposée à la lumière directe du soleil. Conservez-le plutôt dans un endroit frais et abrité. Nettoyez régulièrement la poussière et effectuez un entretien en temps opportun pour maintenir votre grue dans un état optimal.

8. Mers et eaux agitées

Grues sur navires de support offshore

Dans les opérations de levage en mer, les défis vont au-delà des diverses conditions météorologiques extrêmes, englobant la succion sous-marine et les impacts imprévisibles des vagues, des vagues et des glaces brisées en mer.

Grues offshore se démarquent comme des équipements spécialisés adaptés aux applications en mer lourde, garantissant la sécurité des opérations de levage en mer. Ces grues présentent des conceptions capables de résister à des températures plus élevées états de la mer, permettant un fonctionnement sans problème dans les conditions offshore les plus extrêmes.

Leurs caractéristiques uniques incluent des systèmes de compensation de soulèvement, des systèmes de positionnement dynamique (DP) et des systèmes de tension automatique.

Pour ceux qui effectuent des opérations de manutention offshore, il est crucial d’investir dans une grue offshore spécialisée plutôt que de la remplacer par une alternative terrestre. Principales entreprises de grues marines, comme OUCO, excellent dans la production de ces produits spécialisés.

Résumé

En conclusion, la maîtrise des conseils de sécurité fournis dans ce guide complet est la clé pour améliorer l'efficacité et la sécurité des opérations de grue dans diverses conditions, qu'il s'agisse de conditions météorologiques difficiles ou de températures extrêmes.

Il est crucial non seulement de donner la priorité au bien-être de vos travailleurs, mais également de veiller à ce qu'ils soient pleinement formés pour prendre des décisions rapides et éclairées dans n'importe quel scénario de levage.

Ce ne sont là que quelques-uns des conseils et astuces que nous avons compilés. Si vous avez d'autres idées, n'hésitez pas à nous contacter pour participer à la discussion.

 

Recommander la lecture:

Comprendre les navires de soutien offshore : un guide essentiel

Pose de canalisations offshore : le guide ultime

Plates-formes pétrolières offshore : quelques faits importants à connaître

Mettre à jour les préférences de cookies
Remonter en haut